9 Avr

Les artisants du BTP

Les artisants du BTP

Maître d’ouvrage et maître d’œuvre, quelle différence ?

Ces deux notions, généralement utilisées dans le cadre d’un projet, sont très souvent confondues, et par conséquent sont utilisées pour désigner le «responsable» du chantier d’un projet. Mais dans la réalité, ce sont deux choses bien distinctes.

  1. Le «maître d’ouvrage» est la «personne morale, l’organisme ou l’établissement demandeur du projet». Il intervient en amont du projet. Il doit avoir une très bonne connaissance fonctionnelle du domaine. Il doit fixer les objectifs du projet et les besoins correspondant à la mission qui lui est confiée, proposer et élaborer les solutions. Il doit aussi définir les coûts et les délais du projet. Ce sera également lui qui décidera si le projet est justifiable économiquement ou non. Il spécifiera alors les besoins, validera les propositions du maître d’oeuvre, analysera les impacts et les changements à opérer sur l’ensemble du projet

  2. Le «maître d’oeuvre» est une «personne morale, un organisme ou un établissement chargé par le maître d’ouvrage de réaliser un projet. Il intervient au niveau de la réalisation du projet. Il établit les spécifications techniques à partir des spécifications fonctionnelles en tenant compte des contraintes techniques (il cadre, conçoit et participe aux choix des réponses techniques). Il doit donc avoir une bonne connaissance technique du produit. Il organise et contrôle l’avancement des travaux du projet. Il planifie de ce fait les tâches à réaliser et il définit les ressources utiles.

  3. Leurs fonctions et leurs rôles sont de ce fait différents et bien définis dans la réalisation du projet concerné. Le maître d’ouvrage est de ce fait considéré comme un client ou un «commanditaire» dont les principaux objectifs sont d’ordre fonctionnel (innovation, organisation adéquate, maîtrise des risques…), opérationnel (pilotage du projet, communication…), et stratégique (prise de décision, orientation…). Quant à lui, le maître d’œuvre, doit non seulement, rendre compte au maître d’ouvrage et lui soumettre ses propositions et recommandations, travailler en étroite collaboration et en coordination avec lui, mais surtout livrer le projet conformément aux clauses du contrat.

    Un architecte, pourquoi ?

    • Pour adapter votre habitation à vos goûts et à votre mode de vie

    Pour vous aider à construire votre projet, l’architecte vous écoute. Il vous guide pour intégrer vos besoins, vos goûts, votre mode de vie, les choix de votre famille et définir la disposition des lieux, l’aménagement au plus juste des surfaces, l’organisation des volumes intérieurs ou encore l’aspect esthétique, tout en tenant compte des contraintes. Il ne propose pas de plan-type, il préfère éviter l’uniformisation des habitations et donc des modes de vie.
    Le véritable intérêt de faire appel à un architecte c’est qu’il vous propose un projet sur-mesure qui ne correspond qu’à vous. Il est à votre écoute et installe toujours le dialogue pour répondre au mieux à vos attentes. C’est aussi une personne d’appréciation qui vous soumet toujours un projet adapté à vos ressources financières.
    Une fois que le projet et son budget sont précisément arrêtés, il défend vos intérêts lorsqu’il s’agit de vous trouver une prestation de choix auprès des entreprises capables de proposer un rapport qualité-prix avantageux. Enfin il s’assure de l’avancement des travaux dans le respect des délais fixés.

    • Pour vous garantir un coût honnête de construction, d’utilisation et d’entretien.

    Ce coût dépend essentiellement de la qualité et du séreux avec lesquels le projet et les travaux ont été conçus et réalisés.
    L’environnement dans lequel on choisit de s’implanter est un élément crucial. L’architecte prend en compte le climat et la géographie du site. Il en conclu l’orientation et l’architecture de votre habitation, le choix des matériaux et des techniques de construction. Le système de chauffage et l’isolation sont pensés pour être les mieux adaptés et les plus économes en énergie. Votre architecte étudie aussi les coûts d’entretien pour tous les choix pour lesquels vous aurez opté.

    • Pour accélérer l’ouverture du chantier

    Les autorisations administratives sont indispensables pour commencer n’importe quelle construction même si vous êtes propriétaire d’un terrain (ou en train de l’acquérir).
    En cela, votre architecte va être véritablement moteur : il élabore pour vous, le dossier de demande de permis de construire. Procédure qu’il connaît parfaitement. Ce dossier comprend le projet de maison mais également des pièces justificatives et des documents juridiques, administratifs et techniques obligatoires. L’architecte peut, à votre demande, effectuer ces différentes démarches. Après le dépôt du permis de construire, il suit l’instruction du dossier
    Par la maîtrise de ces formalités, il devient un atout considérable pour accélérer l’obtention du permis de conduire.

    • Pour respecter le site et le milieu qui vous accueillent

    L’objectif numéro de l’architecte est bien de concevoir pour une maison qui vous plaira et qui sera adaptée à vos besoins. Néanmoins en tant que professionnel, il vous guide et oriente le projet pour qu’il s’insère au mieux dans son environnement. Il recherche l’équilibre entre vos attentes et la nécessité actuelle d’accorder au mieux la construction, le site et les enjeux écologiques.

    Combien coûte un architecte ?

    « Depuis l’ordonnance du 1er décembre 1986 relative à la liberté des prix et de la concurrence, le principe de la libre concurrence a été établi. Désormais les honoraires sont librement négociés entre le maître d’ouvrage et l’architecte. Par décisions du Conseil de la concurrence, les organisations professionnelles ne peuvent plus diffuser de barèmes d’honoraires. En revanche, rien n’interdit à l’architecte d’établir son propre barème d’honoraires.»  Cf.- L’ordre des architectes.

    C’est dans le contrat d’architecture que vous allez signer que doivent être définis son mode de rémunération et le montant de ses honoraires.Vous devez tenir compte de trois facteurs : le coût de l’opération, sa complexité, enfin l’étendue et de la difficulté de sa mission. Sachant par ailleurs qu’il est impossible de connaître le coût exact de la construction, tant que les entreprises potentielles n’ont pas proposé leur devis. Il existe la possibilité d’ajouter une clause au contrat, précisant que si le coût de réalisation dépasse une marge, dite  » de tolérance « , entre le montant prévu des travaux et le coût final réel, la rémunération de l’architecte initialement prévue est diminuée.

    Il y a trois modes principaux de calcul des honoraires :

    1. la rémunération au forfait, qui n’est possible que si la mission et le projet de construction sont parfaitement connus à l’avance et que l’on peut alors fixer le montant du forfait avant que la mission débute (mode fréquemment utilisé pour une surface de construction en dessous de 170 m²)
    2. la rémunération au pourcentage du coût des travaux, qui s’applique en général lorsque la mission est bien définie à l’avance, alors que le projet de construction ne l’est pas (mode le plus souvent choisi pour une mission complète)
    3. la rémunération à la vacation horaire, adaptée à des missions courtes et bien définies, comme une consultation, une mission de conseil ou d’expertise.

    Des combinaisons entre ces différents modes de rémunération sont possibles. Même si vous payer un architecte, il vous permet de faire des économies :
    – il stimule la concurrence entre les entreprises capables d’intervenir sur votre chantier
    – il avalise les matériaux utilisés et les techniques de mise en œuvre soient ceux réellement prévus dans les marchés d’entreprise
    – il assure le respect des délais de construction
    – il veille à une construction de qualité pour vous protéger de mauvaises surprises liées à des réalisations qui vieillissent mal

    Un architecte a tout intérêt de vous satisfaire car votre maison et vous-même deviendrez une vitrine de son savoir-faire et par là sa meilleure publicité.