9 Avr

Prêt et Crédit Immobilier : Tout ce qu’il faut savoir pour choisir !

Crédit Immobilier : Bien comprendre pour bien choisir

L’achat d’une résidence principale ou encore d’une résidence secondaire, d’un bien locatif en vue d’une défiscalisation font le plus souvent appel à un prêt immobilier. Selon les cas, l’emprunt est assorti d’aides et de prises de garantie.

Le prêt immobilier est un incontournable lorsque l’on achète un bien immobilier tout simplement parce que les sommes engagées sont conséquentes.

A côté du prêt bancaire classique, de nombreuses solutions aidées sont proposées par l’Etat pour compléter le financement du patrimoine choisir. Il peut s’agit de prêt à Taux zéro, les aides de prêt Employeur (1% patronal), de prêt épargne logement, de prêt réglementaires (PAS – PC), de prêt Locatif Social ou encore de prêt Locatif Intermédiaire.

Sachez qu’il existe autant de solutions de montage de crédits immobiliers que de projets ! Pour les prêts bancaires classiques, la loi de l’offre et de la demande est très hétéroclite. Chaque banque est en droit de proposer des tarifs différents selon la politique de la maison.

Il n’est donc bien souvent pas inutile de faire jouer la concurrence entre les banques pour négocier des taux plus intéressants. Mais l’exercice de comparaison peut parfois s’avérer difficile ! Selon les formules de taux par exemple (taux révisable, taux fixe, taux modulable), les propositions peuvent faire un grand écart.

Pour bien comparer, il est donc nécessaire de faire établir une simulation des frais identique (même taux, même capital emprunté, même durée d’emprunt, même apport personnel). Pour plus de simplicité, il est recommandé de comparer les offres en fonction du taux effectif global ou TEG ou encore TAEG. Ce taux prend en effet en compte le taux « nominatif » ou de base, ainsi que les frais, commissions et rémunérations diverses : primes d’assurance, lorsque elle est obligatoire, frais d’inscription, frais de dossier par exemple, frais d’hypothèques pour les crédits immobiliers.

Pour mieux fixer le montant des échéances, il est important de savoir que la loi oblige l’emprunteur à limiter les remboursements à l’équivalent d’un 1/3 de ses revenus présents.