9 Avr

Equitation

Equitation

L’adjectif équestre vient du latin « equus » qui signifie « cheval ». Il est dès lors facile de comprendre de quels types de sports l’on parle ici.

Le plus souvent, ce type de sports qui met en relation un homme et un équidé se rapporte au cheval, mais n’oublions pas les poneys. Seules trois disciplines de cette grande famille sportive sont olympiques : le dressage, le concours complet d’équitation et le saut d’obstacles. Le concours complet se compose de trois épreuves : une de dressage, une de cross et une de saut d’obstacles. Cela demande donc une grand polyvalence.

L’origine des sports équestres est évidemment guerrière, et nombre d’anciens traités d’équitation le montrent bien (citons celui de Xénophon, guerrier et philosophe disciple de Socrate). Ce n’est que dès la Renaissance que l’aspect artistique de l’équitation va être développé. Par la suite se développe également l’équitation de travail, avec l’exemple des cow-boys et autres gardiens de troupeaux. Avec la modernisation des outils de travail et des armes, l’équitation devient sportive et de loisirs.

Certains disciplines équestres sont gérées au niveau mondial par la FEI (fédération équestre internationale) tandis que d’autres le sont au niveau local. Voici les sept compétition les plus connues et pratiquées dans le monde : l’attelage, le concours complet dont nous avons déjà parlé, le dressage, l’endurance (jusqu’à 160 km de course !), le reining (pratiqué l’origine par les cow-boys pour surveiller leurs troupeaux, aussi appelé équitation américaine), le saut d’obstacles et la voltige en cercle, à mi-chemin entre acrobatie, gymnastique et équitation.